6 raisons pour lesquelles il ne faut PAS mettre d'huile essentielle dans sa lessive maison

Faire ses recettes de produits ménagers n’est pas de tout repos. Tellement de recettes existent. Actuellement, elles inondent les réseaux sociaux. Et chaque personne a sa propre recette. Savoir quelle recette suivre pour ses produits ménagers ou sa lessive s’avère plus complexe qu’il n’y paraît.

Sur les réseaux sociaux comme Facebook ou Instagram, de nombreuses personnes postent des recettes de lessive maison et font leur propre lessive en ajoutant des gouttes d’huile essentielle, notamment de lavande. C’est vrai que la lavande sent bon (moi aussi j’adore l’odeur). Elle nous fait penser au sud de la France pour nous faire voyager ou nous rappeler de belles vacances provençales.

Malheureusement, par manque d’information ou de désinformation de la part de certains influenceurs sponsorisés par des grandes marques, les huiles essentielles sont sur-utilisées partout, dans tout, et pour tout ! Ajouter de l’huile essentielle dans la lessive ou ses produits ménagers maison est à éviter au maximum pour les raisons énoncées plus bas.

Si tu veux en savoir plus sur cette thématique, dans ce article, je vais d’abord détailler l’origine et l’histoire de l’huile essentielle pour bien comprendre ce que c’est avant d’expliquer les points rédhibitoires de son ajout dans la lessive maison.

D’où vient l’huile essentielle ? Depuis quand existe-t-elle ? Comment est-elle fabriquée ?

Toutes ces questions, je me les suis moi-même posée au début de ma transition vers le zéro déchet. En fouinant sur Internet ou livres, j’ai commencé à trouver beaucoup de recettes qui comprenaient de l’huile essentielle dans les produits ménagers maison. Mais avant de suivre ces recettes, j’ai fait quelques recherches et j’ai réalisé que les huiles essentielles sont des molécules très puissantes, à ne surtout pas prendre à la légère !

  1. Mais au fait, c’est quoi une huile essentielle ?

C’est un concentré de substances végétales obtenu grâce à un procédé d’extraction ou de distillation des molécules volatiles d’une plante. En résumé, c’est un liquide très concentré et complexe provenant d’une plante aromatique.

Les huiles essentielles sont réglementées par l’Agence Nationale de Sécurité du Médicament et des Produits de Santé (ANSM) et l’Agence Française de Normalisation (AFNOR). Respectivement, l’ANSM pour les usages pharmaceutiques et cosmétiques et l’AFNOR pour les utilisations aromatiques et alimentaires.

L’aromathérapie est très récente. Sa naissance est marquée par un chimiste français dans les années 1920. Mais son origine remonte à beaucoup plus loin…

  1. L’histoire de l’huile essentielle

Depuis l’Antiquité, des traces de d’huiles extraites de plantes, de parfums et d’essences de plusieurs plantes aromatiques sont connues.

Les premières civilisations à utiliser les huiles fines et de parfums seraient les égyptiens, les chinois et les indiens.

D’après l’article de la Compagnie des Sens (qui est très bien détaillé)  les huiles essentielles sont reconnues en usage avant notre ère, autour de 4500 ans avant Jésus-Christ dans l’Egypte Ancienne.

En Chine, elles apparaissent plus officiellement avec des recettes contenant des huiles essentielles à partir de 2800 avant JC.

En Inde, certaines épices sont mentionnées dans les Védas et utilisées dans la pratique de la médecine ayurvédique. Aux Amériques, la tribu Aztèque utilise les plantes pour leurs vertus médicinales.

  1. Comment obtient-on une huile essentielle ?

Les méthodes de fabrication des huiles essentielles sont nombreuses :

  • distillation à la vapeur d’eau,
  • hydro-distillation : on met dans l’alambic directement les deux éléments, la plante et l’eau en quantité très importante
  • extraction par CO2 supercritique : on fait traverser la masse végétale par un courant de CO2
  • et la pression à froid : une pression mécanique permet d’obtenir l’huile essentielle

Le procédé le plus utilisé est l’extraction par distillation à la vapeur d’eau.

  • L’eau bouille dans une chaudière pour avoir de la vapeur
  • Dans l’alambic (cuve en cuivre ou en inox) se trouve la matière végétale où va être envoyée la vapeur d’eau obtenue dans la chaudière. Le contact entre les matières végétales et la vapeur va produire des molécules à l’origine de l’essence
  • L’essence contenue dans la vapeur passe le serpentin d’ une troisième cuve remplie d’eau froide. Grâce à l’effet de condensation, la vapeur chargée en essence va devenir liquide et couler dans la cuve de décantation. A ce moment-là, l’eau et l’huile essentielle se séparent pour l’eau à la surface de cette quatrième cuve.
  • L’eau florale en surface de la cuve de décantation forme l’hydrolat

La technique de fabrication d’une huile essentielle est très spécifique et demande des ressources et des énergies comme on peut le voir par son processus de distillation.

Une fois qu’on comprend que la production d’huiles essentielles est lourd, il est plus facile d’assimiler ses utilisations en produits ménagers.

Beaucoup de bloggeurs en incluent systématiquement à leurs recettes, à mauvais escient.

En quelques explications, on comprend pourquoi il faut veiller à réduire son ajout d’huiles essentielles dans les produits ménagers ainsi que la lessive DIY fait maison.

Point par point, je vous explique tout.

Voici les 6 raisons de ne PAS mettre d’huile essentielle dans la lessive maison et les produits ménagers 

  1. L’huile essentielle n’est pas miscible à l’eau

La lessive maison est majoritairement composée d’eau.

En effet, la recette de la lessive maison comprend 1L d’eau, 50g de savon de Marseille, 1 cuillère à soupe de bicarbonate de soude et 1 cuillère à soupe de cristaux de soude.

Ce qu’il faut savoir : l’huile essentielle n’est pas un corps mais une essence végétale. C’est une sortie de liquide concentré obtenue par distillation de plantes aromatiques ou par pression à froid d’agrumes. Tout dépend du processus d’extraction de l’huile essentielle.

Or, d’un point de vue chimique, l’huile essentielle ne se mélange pas à l’eau de par sa composition.

Comme expliqué plus haut, la vapeur de l’essence se retrouve en bas du vase de décantation et l’eau se trouve au-dessus. Cette eau est appelée l’hydrolat ou eau florale.

  1. L’huile essentielle s’évapore avec la chaleur

Elle n’a plus d’effet au-delà de 30°C.

La plupart des lavages en machine se font à 30, 40, 60 ou 90°C. Rare sont les lavages express à 20°C ou c’est plutôt réservé aux petites culottes et aux chaussettes mais honnêtement, qui va renifler ses sous-vêtements après une machine ?!

Blague à part. L’huile essentielle ne « supporte » pas vraiment la chaleur. Elle va complètement s’évaporer à cause de la réaction avec l’eau chaude.

Il ne faut pas oublier que l’huile essentielle provient de la vapeur. Si vous en ajoutez dans votre lessive, les bienfaits recherchés vont être complètement réduits voire nuls.

  1. L’huile essentielle est toxique pour les milieux aquatiques et la biodiversité

Le principe est simple pour les huiles essentielles dans la lessive.  

L’eau de la cuisine et de la salle de bain (y compris du lave-linge) est appelée eaux usées, eaux ménagères ou eaux grises.

Cette eau est évacuée par les canalisations dans les égouts pour ensuite être filtrée en stations d’épuration.

Cette eau continue son chemin dans les milieux naturels et peut devenir très nocive pour la faune et la flore.

  1. L’huile essentielle peut être allergène

Elle ne convient pas pour nous en utilisation quotidienne, ni aux animaux domestiques en diffusion, ni aux enfants de moins de 7 ans, ni aux femmes enceintes et allaitantes (sauf sur prescription d’un aromathérapeute diplômé).

Dans les autres cas, l’idéal est de l’utiliser avec prudence et de consulter un spécialiste. Vous pouvez aussi faire une fenêtre thérapeutique, c’est-à-dire en utiliser en faible quantité pendant 3 semaines, et rien pendant 1 semaine.

Par exemple, l’huile essentielle de lavande (la plus utilisée dans la lessive maison) est nocive pour les enfants.

Certaines études l’ont démontré et reconnus ; c’est pourquoi il faut consulter un aromathérapeute  lors d’utilisation d’huiles essentielles pour les enfants.

Pour les animaux, notamment les chats, les huiles essentielles suivantes peuvent être nocives : amande amère (peumus boldus), bergamote (citrus bergamia, citrus aurantium), cannelle, citronnelle (cymbopogon citratus), clou de girofle (syzgium aromaticum), eucalyptus (eucalyptus spp.), essence de pélargonium (pelargonium sp.), fausse-ambroisie, hédéoma faux-pauliot (haedeoma pulegioides), citron (citrus lemonia), acore odorant (acorus calamus), orange (citrus sinensis), pin, épinette, genièvre, limettier (citrus aurantifolia), if japonais (taxus spp.), lavande (lavendula angustifolia), menthe pouliot (mentha pulegium), moutarde, origan (origanum vulgare hirtum), raifort (amoracia rusticana), romarin, rose, santal, sassafras, sauge sclarée, théier (melaleuca alternifolia), thym, wintergreen, menthe poivrée, menthe (mentha sp.), ylang-ylang.

Bien d’autres huiles essentielles sont aussi dangereuses pour nos animaux et sont indiquées par Vétérinaires Au Canada.

  1. L’huile essentielle a un impact carbone élevé

Une huile essentielle s’obtient par distillation à la vapeur d’eau (fleurs, feuilles, et écorces).

Ce process de fabrication est très lourd en termes d’énergies et de ressources, notamment l’eau et l’électricité qu’il faut produire pour obtenir quelques gouttes d’huiles essentielles.

A titre d’exemple, il faut compter 4 tonnes de pétales de roses pour obtenir 1 KG d’huile essentielle de rose ; ce qui équivaut à un champ entier de rosiers contre 7KG de clous de girofle pour produire 1 KG d’huile essentielle de clou de girofle.

Lundi Carotte vous explique tout dans son article 

  1. L’huile essentielle non BIO est fabriquée de manière douteuse

Dans certains cas, les producteurs emploient des solvants nocifs pour son extraction.

D’autres points sont problématiques comme la teneur en pesticides des huiles essentielles NON BIO. Le process de fabrication n’empêche pas la séparation des molécules de pesticides et la distillation dure seulement 1 heure à très haute température.

Idéalement, je vous recommande de choisir des huiles essentielles BIO plutôt en médecine douce ou alternative sur avis et conseil d’un aroma-thérapeute. Ce métier se développe de plus en plus avec le boom des huiles essentielles qui se démocratisent de plus en plus.

Avant d’en prendre par voie orale ou d’en appliquer sur la peau, il faut toujours très bien se renseigner car ces petites gouttes d’huiles sont très puissantes.

Personnellement, je n’ajoute rien pour parfumer ma lessive maison. L’odeur du « sent-bon » ou du « parfum synthétique » ne me manque pas.

Au bout d’un certain temps, ça devient presque naturel et on découvre de nouvelles senteurs qu’on apprécie, comme la bonne odeur du savon de Marseille ou du savon noir (tout dépend de la recette de lessive maison que vous suivez). Le détail de la bonne odeur s’estompe au fur et à mesure.

Chez certaines personnes de mon entourage, c’est plus difficile pour certains que d’autres. Comme toute transition ou tout changement, ça peut prendre du temps.  

Dans un prochain article, je vous expliquerai les solutions qu’il existe pour parfumer sa lessive de manière naturelle et saine.

Laisser un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être publiés